Quelle place occupe le chien dans quelques coins du monde ?

Place du chien
Quelle place occupe le chien dans le monde

Telle est la question !

Pour commencer, en ce début juillet souvent synonyme de départ en vacances, de voyages, je vous épargnerai les refrains comme :

  • « Non à l’abandon »
  • « Lui ne vous abandonnera jamais »
  • « L’abandon est la pire des trahisons »

Les médias et les réseaux sociaux s’en font suffisamment l’écho.

D’ailleurs, je préfère voyager avec vous pour découvrir quelle est la place du chien à l’extérieur de nos frontières.

Mappemonde

La perception du chien aux quatre coins du monde

C’est bien connu : le chien est le plus vieil ami de l’homme.

Il a en effet été le premier animal à avoir été domestiqué.

Sans compter que sa popularité ne s’est pas essoufflée avec les années puisqu’il reste aujourd’hui l’animal de compagnie préféré des Français.

Mais ailleurs qu’en est-il ?

Le chien a-t-il la même place dans toutes les civilisations ?

Découvrez comment votre compagnon à quatre pattes est perçu à l’Est, au Nord, à l’Ouest et au Sud.

Le chien en Asie

 

En Asie 

De l’autre côté de la planète, nos amis les chiens occupent une place de choix.

Le chien en Inde

L’Inde : le pays des chiens… bleus 

En Inde, les chiens ont défrayé la chronique en 2017.

Dans la ville de Navi Mumbai, plusieurs chiens errants bleus ont été repérés dans les rues à la grande surprise des habitants.

Finalement, le mystère a été levé sur cette affaire : c’est en barbotant dans un lac pollué que leur fourrure se serait teintée en bleu.

Il faut savoir que les chiens errants sont une réelle problématique en Inde.

Ces derniers font partie intégrante de la communauté.

A ce titre, ils sont choyés par la population alors qu’ils représentent des risques sanitaires importants à cause de la rage. 

Toute forme de vie est sacrée en Inde.

Le pays est d’ailleurs l’un des seuls à avoir inscrit la protection animale dans la constitution comme devoir du citoyen indien. 

Chow-Chow chien préféré des Chinois
Les Chinois et les chiens

En chine, le chien est un signe extérieur de richesse

Non, le chien en Chine ne finit plus dans l’assiette !

Les temps changent, les sociétés évoluent. A la mode, le chien est également un animal de compagnie dans les grandes métropoles chinoises.

Depuis qu’une classe moyenne est apparue, les Chinois l’ont adopté en tant qu’animal domestique.

Le Chow-Chow, qui ressemble à un gros nounours, est la race fétiche des habitants.

La dernière tendance du moment ? Les teindre en noir et blanc, façon panda ou Yin et Yang comme symbole absolu de paix et d’amitié. 

Au-delà de l’animal de compagnie, le chien est un vrai signe extérieur de richesse.

Les propriétaires n’hésitent pas à l’habiller et à dépenser des fortunes pour le pomponner.

Bien vivre avec son chien, ça n’a pas de prix

Pour les amateurs d’astrologie, le signe du chien incarne la fidélité, l’amitié et la longévité.

Les chiens au Japon
La place du chien au Japon

Le chien membre de la famille au Japon 

Au Japon, notre petit compagnon a une drôle de vie.

Considéré comme un membre de la famille, le chien a le vent en poupe.

Les Japonais veulent sortir d’un quotidien qu’ils jugent ennuyeux en devenant les heureux détenteurs de chiens.

Mais ce simple achat se transforme en phénomène de société lorsque cet animal est traité comme un être humain.

En effet, un véritable business s’est développé ces dernières années, à tel point que certains Japonais le prennent pour leur propre enfant et le promènent en poussette.

Ces loulous doivent être très malheureux de ne pas pouvoir gambader librement.

Par ailleurs, accessoires de grandes marques, massages, boutiques spécialisées, cimetières, rien n’est trop beau pour ces toutous devenus de véritables icônes.

Je me garderai bien de tout jugement.

Mais comme toutes les modes, celle des chiens passe…

Le chien vénéré

Hier vénérés, les chiens de grande taille finissent leur vie dans des chenils, remplacés par des chiens encore plus « mignons ».

Akita Inu au Japon
Akita Inu

Petite histoire

Hachikô est un chien de race Akita Inu très populaire au Japon, connu pour avoir attendu tous les jours pendant presque dix ans son maître à la gare de Shibuya après que ce dernier fut mort.

Bref, la fidélité de ce chien a particulièrement ému les Japonais.

Le chien en Amérique du Sud

Cap sur l’Amérique du Sud pour découvrir la symbolique du chien

Le chien est adulé en Amérique du Sud.

Guide des morts au Guatemala ou traité comme un roi au Brésil, il est respecté et protégé par les Sud-Américains. 

Le chien au Guatemala

Le chien sacré au Guatemala  

Le chien est le plus fidèle compagnon de l’homme… jusqu’à sa mort !

Dans cet esprit, au Guatemala, on croit dur comme fer que le chien guide les morts et les âmes.

Il est d’ailleurs toujours courant de déposer des figurines de cet animal dans chaque coin de la tombe pour accompagner le défunt dans son dernier voyage. 

Le Brésil et le chien

Un animal roi au Brésil 

Dans le plus grand pays d’Amérique du Sud, le chien est traité comme un être humain.

Ainsi pâtisserie pour chiens à Sao Paulo, Love Hotel canin à Belo Horizonte… Les 52 millions de chiens présents au Brésil sont chouchoutés. 

Dans ce pays, l’église les accueille pour être bénis lors de la fête de Saint-François d’Assise, le saint patron des animaux.

Berger australien au Canada
Carte du Canada
Chiens de traîneau au Canada

Au Canada, la majorité des chiens sont des animaux de compagnie

De nombreux chiens de race pure sont une source d’agrément et de travail pour les personnes prenant part aux concours canins régis par le Club canin canadien :

  • concours de races
  • concours d’obéissance
  • épreuves pratiques pour chien de chasse
  • tests de pistage
  • les sports-spectacles tels que la course à l’appât et la course d’agilité.

En outre, beaucoup de races de chiens accomplissent des tâches pour les gens.

Komondor chien de berger au Canada
Komondor

Les chiens de traîneau sont très utiles dans l’Arctique, les Bergers écossais ne cèdent en rien leur supériorité de chien de berger et, à titre expérimental, la race Komondor sert actuellement dans l’Ouest canadien pour garder les troupeaux.

Mais aussi, les Bergers australiens retiennent de plus en plus la faveur des éleveurs canadiens pour conduire le bétail.

Le Berger allemand et le Bouvier des Flandres sont couramment utilisés pour les opérations policières et militaires, de même que comme chiens de garde.

En dernier lieu, le dressage de chiens de protection, axé sur des séances d’entraînement intensives (obéissance, pistage et défense), est en plein essor.

Le chien au Sénégal
Carte de l'Afrique
Le Sénégal et le chien

Au Sénégal, avoir des animaux chez soi relève de l’ordinaire

On ne peut se balader dans un quartier sans entendre un aboiement.

Certains élèvent des chiens pour qu’ils leur tiennent compagnie.

Domestiquer un chien ?

« Pas pour les Africains » ou « une culture typiquement européenne » pourrait-on répondre.

Mais avec la libéralisation à outrance ou par simple imitation, domestiquer un chien est «dans l’air du temps» et est devenu une chose courante qui ne fait plus tiquer.

On note un nouvel intérêt porté sur l’espèce canine importée de l’étranger chez les classes montantes qui se sont surtout frottées aux civilisations occidentales.

Par ailleurs, cet intérêt nouveau pour ces chiens peut se comprendre par le mimétisme culturel.

Mais aussi il s’expliquerait davantage par le phénomène d’insécurité et de terreur qui se développe crescendo dans les milieux urbains, surtout à Dakar.

De fait, les familles aisées trouvent désormais la nécessité de s’assurer de la présence à leurs côtés de chiens de garde, spécialement entraînés, pour le service de protection de l’humain et de ses biens.

Quant aux familles pauvres, le recours à la race locale devient une alternative incontournable pour un minimum de sécurité.

À l’instar des occidentaux, qui ne peuvent imaginer leur maison sans animaux domestiques, les Sénégalais sont en phase de s’approprier cette culture.

Les chiens qui connaissent du succès sont de très petite stature, pèsent peu et sont souvent transportés dans les bras de leur propriétaire.

On les appelle «chiens de manche» !

Dans les circonstances actuelles, les étrangers (occidentaux) établis au Sénégal sont les plus nombreux et les plus habiles à assurer la cohabitation avec le chien, qui trouve chez eux une importance affective.

Il s’agit d’une espèce importée de l’étranger.

Elle jouit d’une protection totale de la part de leurs humains, qui disposent de moyens suffisants pour les entretenir décemment.

A l’inverse, le chien local est abandonné à son triste sort :

  • Pas de gîte spécialement aménagé pour abriter son temps de repos
  • Ni de nourriture saine et suffisante propre à lui assurer une bonne alimentation
  • Encore moins de soins de santé quelconques

Il est juste une bête de service qui se nourrit des restes de la famille et dont on se débarrasse quand il ne sert plus à rien, c’est-à-dire quand il devient vieux ou malade.

Ainsi cette conception traditionnelle de la vie du chien dans la cité persiste encore dans notre époque moderne, du moins en ce qui concerne la race locale (chiens bâtards).

Le chien et l'Islam
Relation de l'Islam avec le chien

L’Islam et le chien

Du point de vue de l’Islam, qui marque une indisposition totale du Musulman à l’endroit de l’espèce canine en général dans l’imaginaire populaire des milieux islamiques, le chien est synonyme de souillure.

Par exemple, un Musulman ne doit pas toucher un chien après avoir accompli ses ablutions.

Un tel acte l’obligerait ipso facto à renouveler ses ablutions avant de s’adonner à la prière.

Par voie de conséquence, la garde et l’entretien d’un chien chez soi ne sont pas recommandés.

De même, s’il est d’usage chez un Musulman de prier sur la peau de l’espèce bovine ou ovine, la prière sur une peau de chien est formellement interdite dans le Coran.

Aussi n’est-il pas étonnant jusqu’à une époque récente de voir, à l’apparition soudaine de chiens, des enfants organiser une course-poursuite armés de projectiles comme des cailloux.

Amour d'animaux éducateur canin comportementaliste
Apprentissage d'auto-contrôle avec une enfant
Apprentissage d’auto-contrôle avec une enfant

En conclusion, après notre succinct tour du monde, l’étonnant statut du chien se résume ainsi :

  • sacré
  • à la mode
  • idolâtré
  • utile mais aimé
  • nécessaire
  • impur

Dès lors nous pouvons peut-être nous interroger sur notre propre relation à notre animal de compagnie.

Pour terminer, je vais sortir de ma réserve en déplorant d’une part, l’humanisation qui en est faite, d’autre part le manque de considération pour cet être vivant.

Je vous souhaite un très bel été avec votre loulou adoré (!) et je vous dis au mois de septembre.

Christine Malenfant éducateur canin comportementaliste canin et félin

Les animaux parlent mais seulement à ceux qui savent écouter !
Amour d’animaux vous dit à bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

quatre × 2 =